Prison d’Osny : quand les détenus crochètent les serrures des cellules

le
Les serrures sont obsolètes et les détenus l’ont prouvé. Dans une vidéo, ils parviennent à ouvrir les cellules à l’aide d’un fil de fer.

C’est une vidéo publiée sur YouTube qui a mis le feu aux poudres. Elle démontre que les serrures des cellules de la maison d’arrêt du Val-d’Oise (Mavo) à Osny ne sont plus du tout efficaces. Sur les images, on peut voir un prisonnier ouvrir une porte de cellule de l’extérieur avec pour seul outil… un fil de fer. Le tout en moins d’une minute. D’après le Canard Enchaîné, ce problème concernerait près de 80 % des prisons du pays équipées par le même fournisseur.

« Depuis fin juillet, tous les cylindres des serrures les plus sollicitées ont été remplacés à la Mavo », rassure la direction de l’administration pénitentiaire. Et les serrures visées ne seraient pas « de mauvaise qualité » mais subiraient simplement « l’usure ». Celles de la prison d’Osny n’avaient en l’occurrence jamais été changées depuis la construction du bâtiment au début des années 1990. Au fil du temps, les ouvertures et fermetures de portes « fatiguent » les mécanismes internes. « Les serrures ne peuvent absolument pas être forcées de l’intérieur », assure la direction.

 

Capture écran de la vidéo qui circule sur Internet. (DR)

Si l’usure temporelle est inévitable, elle serait accélérée avec la surpopulation de la Mavo, qui héberge 937 personnes pour une capacité de 579 places. « C’est logique : toute serrure est crochetable et a une fin de vie, détaille l’administration pénitentiaire. Plus il y a de personnes dans les cellules et plus les serrures sont sollicitées comme l’ensemble des dispositifs de sécurité. »

En tout, près de 600 fermetures de porte peuvent potentiellement être forcées par les détenus de la Mavo. Et bien que « ce genre d’incident n’arrive que très rarement », poursuit le porte-parole, « en termes de sécurité vis-à-vis des autres détenus cela reste une vraie problématique ». Pour remédier à ces défaillances, des contrôles sont donc effectués régulièrement sur ces serrures. À la suite de quoi un rapport est envoyé au constructeur pour évoquer les temps d’usure et faiblesses de l’outil afin de l’améliorer. C’est pourquoi des dispositions avaient été prises au début de l’année, avant même que la vidéo n’émerge sur Internet.

Bien sûr, le problème se représentera peut-être dans les années à venir mais « il n’y a jamais eu d’évasion suite au forçage d’une serrure », conclut la direction de l’administration pénitentiaire.

Les syndicats dénoncent une insécurité grandissante

« Les problèmes de vétusté des serrures ne sont pas tolérables », souligne Jérôme Nobécourt, secrétaire interrégional de FO pénitentiaire. « Vous imaginez les difficultés d’encadrement si les détenus vont et viennent dans les couloirs à l’insu des gardiens ? » S’il reconnaît qu’aucun incident de ce genre n’est survenu à la maison d’arrêt du Val-d’Oise (Mavo) à Osny depuis que les cylindres des serrures ont été changés, d’autres événements ont perturbé l’été.

Depuis le mois de juin, les incidents se sont enchaînés, ne laissant aucun répit aux salariés de la prison. Récemment, un détenu avait mis le feu à sa cellule, se brûlant sévèrement. Ses jours ne seraient pas en danger. La veille de cet incendie, un autre prisonnier avait pris en otage un élève gardien avec des armes artisanales. Au mois de juin, 150 détenus avaient refusé de rejoindre leur cellule pour protester contre un problème de cantine et deux jours plus tard, un surveillant avait été agressé.

Une insécurité grandissante qui met le personnel sous tension. « On ne peut pas être serein, d’autant que nous sommes en sous-effectif », poursuit le représentant syndical. « On déborde d’environ une heure sur notre temps de travail chaque jour, explique-t-il. Avec les élèves gardiens ça allait mieux, mais la saison est finie et ils sont repartis. »

Selon Jérôme Nobécourt, « il faudrait embaucher une quinzaine de personnes supplémentaires pour endosser le travail nécessaire » à la Mavo. Pour répondre à cette demande une campagne de recrutement régionale est prévue pour le mois d’octobre.

Ju.M.

Source: Le Parisien 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s