Le détenu s’évade à l’hôpital avant d’être repris

Un dangereux détenu du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville profite d’un transfert vers l’hôpital central de Nancy pour fausser compagnie à l’escorte pénitentiaire. Avant d’être repris par la police.

Les transferts de détenus restent toujours des moments sensibles car propices aux évasions. On l’a vu au mois d’avril avec un jeune homme de 23 ans qui faussait compagnie à l’escorte policière devant l’entrée du centre pénitentiaire (CP) de Nancy-Maxéville où il devait être incarcéré. Suspecté d’avoir poignardé à plusieurs reprises un noctambule en sortie de discothèque à Nancy, l’agresseur venait d’être mis en examen pour « tentative de meurtre ». Après une cavale de 5 mois, il a été repris par les gendarmes, dans les Vosges, à Mirecourt, la semaine dernière (ER du 19.09).

Cette fois, ce sont les agents de la pénitentiaire qui se sont fait abuser, jeudi, lors d’une extraction médicale. Incarcéré au CP, ce détenu âgé d’une quarantaine d’années était extrait de sa cellule afin de bénéficier d’une consultation à l’hôpital central de Nancy. Mais à l’arrivée du fourgon de l’administration pénitentiaire dans l’enceinte du CHU, peu avant 14 h, l’individu s’évaporait dans les rues de la ville. « Quand les agents ont ouvert la porte du véhicule, il les a bousculés avant de prendre la fuite », confirme simplement Hugues Stahl, directeur du CP de Nancy-Maxéville.

A priori, le fugitif a pris la fuite sans menottes aux poignets. Une enquête devra déterminer s’il était entravé au cours du trajet prison – hôpital et dans l’affirmative, dans quelles circonstances le détenu a-t-il pu se débarrasser de ses entraves ?

Quoi qu’il soit, l’alerte était immédiatement donnée aux autorités et la réactivité de deux motards de la police nationale écourtait sa cavale. Initialement engagés pour encadrer la manifestation contre la loi travail, les deux motards se détournaient de leur mission pour se lancer aux trousses de l’évadé. Avec succès. Le quadragénaire – un braqueur chevronné à qui il reste une petite dizaine d’années de prison à purger – était interpellé peu après 14 h, dans le secteur de la rue des Jardiniers, à un plus d’un kilomètre de l’hôpital.

Il était, jeudi soir, toujours en garde à vue dans le cadre de cette évasion. Avant un retour à la case départ.

Source : L’Est Républicain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s