Un surveillant attaqué avec une fourchette à la maison d’arrêt de Perpignan

Un détenu armé d’une fourchette s’est jeté sur un surveillant ce vendredi 3 novembre à la maison d’arrêt de Perpignan.

Les jours se suivent et les incidents se répètent à la prison de Perpignan. Hier, vers 13 h, au moment de l’appel des détenus, l’un d’eux a refusé de réintégrer sa cellule. Le surveillant a appelé un de ses collègues faisant office de gradé, afin de l’obliger à rentrer. Or, une fois à l’intérieur, l’intéressé a recommencé à faire du tapage, tambourinant à la porte jusqu’à ce que les gardiens rouvrent pour le ramener au calme. C’est là que, sans dire un mot, le prisonnier s’est jeté sur l’un des fonctionnaires et l’a agressé avec une fourchette, lui assénant plusieurs coups plantés dans la tête et à proximité du cou.

Le mis en cause a été placé au quartier disciplinaire non sans avoir opposé une vive résistance et avoir dû être maîtrisé tandis que sa victime, souffrant de contusions et de coupures au crâne, a été admise à la clinique Saint-Pierre. Elle a déposé plainte. Ecroué pour vol aggravé et libérable à l’automne 2020, l’intéressé fait ainsi l’objet de poursuites et devrait être jugé lundi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

Placé au quartier des arrivants pour sa propre protection

« Nous sommes une fois encore confrontés à un détenu qui posait déjà problème et qui avait été placé au quartier des arrivants pour sa protection. Pourtant, sa gestion au quotidien s’avérait compliquée », précise le syndicat UFAP-Unsa justice réitérant sa demande de création de structures spéciales pour accueillir les détenus difficiles. Et de témoigner de tout son soutien au surveillant blessé.

Tout comme le syndicat Force Ouvrière Pénitentiaire qui dénonce aussi « la gravité du geste et son intention qui ne peuvent à nos yeux que constituer une tentative d’assassinat envers un surveillant de l’administration pénitentiaire. Nous ne resterons pas sans voix et sans une action syndicale face à cette montée de violence que vivent au quotidien les personnels et que les grands murs des enceintes pénitentiaires essaient de cacher à la société ».

Jeudi déjà, un détenu du quartier disciplinaire a fait une tentative de suicide par pendaison. Les surveillants se sont précipités pour défaire ses liens et ont réussi à lui sauver la vie. Or, l’homme, aussitôt sorti d’affaire, a tenté de s’en prendre aux agents qui ont esquivé l’agression.

(SOURCE : L’INDÉPENDANT)

Source : Midi Libre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s