Des députés franciliens s’invitent en prison

le

Ils sont plusieurs, tous membres de la Commission des lois, à avoir visité ce lundi les prisons de Fresnes (94), Osny (95) et Bois d’Arcy (78). Des visites surprises, pour se rendre compte des dysfonctionnements et de la situation dans chaque établissement.

La loi le leur permet, alors ils ont saisi l’occasion. Ce lundi matin des députés franciliens se sont rendus, quelques heures seulement après avoir prévenu les directions des établissements, dans plusieurs prisons d’Ile-de-France. « Notre démarche est le signe d’une volonté nouvelle d’aborder les politiques publiques sur la base des contrôles exercés sur le terrain » explique Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois et députée du Val d’Oise, qui s’est elle-même rendue dans la prison d’Osny.

Surpopulation et manque de personnel

Ce qui en ressort, c’est d’abord la question de la surpopulation carcérale. « A Osny, il y a 930 détenus pour 500 places donc quand on a visité, on a vu des cellules dans lesquelles logeaient jusqu’à quatre personnes en même temps » raconte Yaël Braun-Pivet. Même chose à Fresnes, où s’est rendue Elise Fajgeles, autre députée La République En Marche, élue à Paris. Elle raconte aussi le désarroi des surveillants : « il y a besoin de plus de personnel, un surveillant par étage par exemple, ça n’est pas suffisant« .

Mais il y a aussi du mieux, dans certains domaines. « Il y avait eu il y a un an à Fresnes une précédente visite où l’on avait découvert des rats. Beaucoup a été fait, des grilles ont été rajoutées aux fenêtres, les détenus ne jettent plus de nourriture et le personnel nous a dit qu’ils avaient quasiment réglé le problème« . L’Observatoire international des prisons confirme un léger mieux mais assure qu’il y a toujours des rongeurs à Fresnes, de même que des punaises de lits.

Prioriser les moyens

Les députés membres de la Commission des lois vont rencontrer le 14 novembre la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan. Ils souhaitent aussi faire remonter toutes leurs observations à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet pour « nourrir les chantiers » de la justice. La ministre doit présenter une loi de programmation 2018 – 2022 au début de l’année prochaine.

Source : France Bleu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s