Prison de Vendin-le-Vieil: le directeur démissionne, des blocages partout en France

Les syndicats réclamaient sa démission après l’agression de trois gardiens par un détenu djihadiste à Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais.

Richard Bauer, directeur de la prison de Vendin-le-Vieil, a demandé à être relevé de son commandement.

Richard Bauer, directeur de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), établissement où a eu lieu l’agression à l’arme blanche de trois surveillants par un détenu djihadiste jeudi, a demandé à quitter son poste.

« Il m’a indiqué que compte tenu de la situation, les conditions ne lui paraissaient plus réunies pour qu’il puisse diriger l’établissement avec sérénité. En conséquent, il demandait à être relevé de son commandement sur Vendin-le-Vieil », a indiqué Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires.

Le ministère de la Justice a confirmé la démission du directeur.

Cette annonce intervient alors que les syndicats ont appelé à un « blocage total » des prisons ce lundi. Ils réclament plus de sécurité après cette agression.

Opération prison morte

« C’est une opération prison morte. Tout sera fait au ralenti. Les agents sont très déterminés », a déclaré Jean-François Forget de l’Ufap-Unsa Justice.

Les premières opérations de blocage ont débuté. Une centaine de surveillants bloquaient « quasiment totalement » la prison de Vendin-le-Vieil.

Arras, Bapaume, Béthune, Longuenesse sont aussi bloquées depuis 6h indique La Voix du Nord.

En Auvergne-Rhône-Alpes, des surveillants ont bloqué les maisons d’arrêt de Lyon-Corbas, de Villefranche-sur-Saône (Rhône), de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), de La Talaudière (Loire) et les centres pénitentiaires de Bourg-en-Bresse (Ain), de Riom (Puy-de-Dôme) et de Moulins-Izeure (Allier).

Début de blocage aussi à Fresnes, dans le Val-de-Marne où environ 150 agents se sont réunis à partir autour de barricades dressées le long de l’allée bordant le mur d’enceinte du centre pénitentiaire. La maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) et les centres pénitentiaires de Meaux-Chauconin et de Réau (Seine-et-Marne) sont totalement bloqués selon des sources syndicales.

A Marseille, une cinquantaine d’agents, postés devant les deux entrées de la prison des Baumettes, entendent bloquer « pendant quelque temps » l’entrée des agents venant prendre leur service.

Des débrayages ont déjà eu lieu dans plus d’un tiers des établissements pénitentiaires français, vendredi, au lendemain de l’agression qui a eu lieu à Vendin-le-Vieil.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet doit se rendre mardi dans cette prison du Pas-de-Calais.

Les syndicats critiquent en particulier le récent allègement des conditions de détention de l’agresseur et réclament le départ du directeur de cet établissement ultra-sécurisé, situé à une trentaine de kilomètres au sud de Lille, inauguré en mars 2015 et qui abrite actuellement 100 détenus.

Source : Le Progrès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s