Le surveillant pénitentiaire a été entendu par sa hiérarchie

Il était en grève de la faim depuis le 5 février. Mickaël Bartholomé, le surveillant de la prison de Maubeuge qui protestait contre des sanctions disciplinaires suite aux mouvements syndicaux de janvier, a mis fin à son action suite à un rendez-vous avec sa hiérarchie.

En janvier, un mouvement de grogne touchait la quasi-totalité des prisons françaises, dont le centre pénitentiaire d’Assevent, où 90 % du personnel avait suivi le chemin de la contestation.

Problème : les surveillants n’ont pas le droit de grève. Pour contourner le principe, les fonctionnaires s’étaient mis en arrêt maladie. Mais la direction de la prison de Maubeuge a décidé de rejeter ces arrêts, les considérant comme des absences injustifiées. Des sanctions ont été prises à l’encontre des intéressés.

Mickaël Bartholomé faisait partie du lot. Mais ce surveillant était déjà suivi par son médecin en novembre après avoir été agressé à deux reprises par des détenus. En janvier, il s’était vu prescrire un arrêt après avoir été bloqué 14 h dans le mirador pendant le blocage.

Il avait donc lancé une grève de la faim pour dénoncer cette injustice.

Il a finalement été reçu lundi par la direction interrégionale de l’administration pénitentiaire où il a pu expliquer son cas particulier. Alain Jégo, le responsable de l’administration régionale, s’est engagé à donner une suite favorable à sa requête. Au terme de huit jours de grève de la faim, Mickaël Bartholomé a décidé de se réalimenter lundi.

Source : La Voix du Nord

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s