Les demandes en effectifs des surveillants de la prison entendues par le ministère

le

Un mois après la seconde visite de la garde des Sceaux, les revendications des personnels pénitentiaires semblent avoir été entendues. D’après les syndicats, le ministère proposerait seize surveillants supplémentaires, au lieu des treize initialement demandés.

«  Nous sommes contents de voir que notre travail porte ses fruits.  » Bonne nouvelle pour les organisations syndicales du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil. Le 15 mars dernier, à l’occasion de la seconde visite de la ministre de la Justice Nicole Belloubet à la prison, les syndicats avaient formulé une demande de dix surveillants supplémentaires. Demande qui s’était par la suite élevée à treize, en prenant en compte la promotion au rang de premiers surveillants, des trois agents blessés au mois de janvier par un détenu radicalisé.

Seize surveillants supplémentaires

Vendredi, Jean-François Forget, secrétaire national Ufap-Unsa Justice, syndicat majoritaire de la profession, les informait que ce n’étaient pas treize, mais seize surveillants supplémentaires que leur proposait le ministère. Une commission administrative paritaire «  spéciale Vendin  » devrait se tenir le 20 juin prochain, à l’issue de laquelle le nombre définitif de surveillants accordés sera décidé.

«  Ce sera peut-être plus que seize, peut être moins, mais cela montre que notre dossier a été étudié, se réjouit Grégory Strzempek, secrétaire local de l’Ufap. On attend que ça se concrétise, on est toujours un peu méfiant, mais c’est une bonne nouvelle.  » Pour l’heure, la date d’arrivée des renforts n’a pas été évoquée.

Ouverture du QER dans un mois

À un mois de l’ouverture du premier quartier d’évaluation de la radicalisation (QER), qui verra le jour le 16 mai prochain dans la maison centrale 1, les agents se réjouissent de voir leurs effectifs renforcés. «  Comme cela, le QER devrait tourner correctement  », appuie le représentant syndical. Cet été, un second QER ouvrira dans la maison centrale, suivi par un quartier pour détenus violents (QDV) prévu pour début 2019.

Suite à l’agression de surveillants par un détenu au mois de janvier, un puissant mouvement de colère était né à Vendin avant de se propager dans de nombreuses prisons françaises. Les personnels avaient revendiqué avec véhémence de meilleures conditions de sécurité dans l’exercice de leur travail à travers davantage de moyens matériels mais également humains.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s