Carrières-sur-Seine : la construction d’une prison en projet ?

le

L’Etat, qui prospecte actuellement pour trouver des sites susceptibles d’accueillir de nouveaux établissements pénitentiaires, penserait notamment à Carrières-sur-Seine.

La réflexion ne semble en être qu’au stade embryonnaire. Il n’empêche que la possibilité de voir un établissement pénitentiaire se construire sur la commune « est une réalité », confirme Arnaud de Bourrousse, le maire DVD de Carrières-sur-Seine. Un projet hypothétique qui s’inscrit dans le cadre du plan prison voulu par Emmanuel Macron pour lutter contre le phénomène de la surpopulation carcérale.

Le mois dernier à Agen (Lot et Garonne), le président de la République avait annoncé une réforme profonde du système des peines afin de réserver la prison aux cas les plus graves, mais également évoqué la création de 7 000 nouvelles places durant son quinquennat. Ces derniers mois, l’Etat aurait ainsi commencé à prospecter pour pointer des sites éventuels. « On n’a aucun élément écrit, et c’est une hypothèse qui a été avancée sans que j’en sois averti officiellement mais on sait que le Préfet a pensé à Carrières-sur-Seine », explique Arnaud de Bourrousse.

Initialement, c’est la zone dite « des grands équipements » qui semblait visée. Mais pour Arnaud de Bourrousse, pas question de mettre à mal le projet d’aménagement de ZAC déjà bien avancé. «J’ai donc évoqué avec le Préfet la question du terrain de la Marine Nationale et il a trouvé la solution tout à fait sensée, explique l’élu. Après tout, l’Etat est totalement maître du foncier chez lui ». Selon le maire de Carrières-sur-Seine, les deux projets « peuvent tout à fait se juxtaposer ». Et l’élu de préciser : « L’arrivée éventuelle d’une prison est un élément négatif qui peut être contrebalancé si rien n’empêche le développement économique de la ville. Il faut se mettre autour de la table et essayer de dégager les intérêts des uns et des autres. En tous cas, il est impératif que la commune puisse s’y retrouver ».

Le terrain de la Marine Nationale, situé derrière la cité de transit et le Lycée des Pierres Vives, accueille actuellement des activités de logistique et de formation. « Sa superficie est de plus de 20 ha, explique le maire. C’est bien plus qu’il n’en faut. Je n’ai pas d’informations précises mais je crois savoir que cette potentielle prison pourrait nécessiter 7 à 8 ha au total, donc une grande partie non bâtie destinée à créer une zone de sécurité ».

Déjà quatre établissements pénitentiaires dans le département

-

La prison centrale de Poissy. LP/Aurélie Foulon

 

Il y a déjà quatre établissements pénitentiaires dans les Yvelines, chacun étant dédié à un public spécifique.

La maison centrale de Poissy, réservée aux détenus condamnés à purger de longues peines pour des crimes (meurtre, viol, vol à main armé).

La maison d’arrêt de Bois-d’Arcy, qui accueille les hommes en attente de leur jugement ou qui doivent purger de courtes peines.

L’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville, réservé aux adolescents qui sont encadrés par des équipes pluridisciplinaires qui privilégient l’aspect éducatif.

La maison d’arrêt des femmes de Versailles est principalement destinée aux détenus féminins. Mais cette prison accueille aussi des hommes qui purgent leur peine sous le régime de la semi-liberté, c’est-à-dire qu’ils travaillent durant la journée et viennent dormir en prison.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s