La Roche-sur-Yon. A la prison, le personnel dénonce la surpopulation et des conditions d’hygiène déplorables

le

Depuis 6 h 30 ce vendredi 6 juillet, à la prison de La Roche-sur-Yon, le personnel représenté par trois syndicats manifestait devant la maison d’arrêt. Ils sont mobilisés jusqu’à 12 h 30 pour faire entendre leur voix.

Hervé Toussaint, secrétaire local FO, Frédéric Raybaud, secrétaire local Ufap/Unsap et Eric Duquesnoy, secrétaire local CGT parlent d’une seule voix : « Notre mobilisation vise à dénoncer la surpopulation carcérale à la prison de La Roche-sur-Yon et donc les conditions de travail pour le personnel. » Ils ajoutent : « 93 détenus sont aujourd’hui hébergés à La Roche, pour 39 places normalement. Les détenus sont trois ou quatre par cellule, voire jusqu’à cinq ou six. »

La tension est palpable entre surveillants et détenus

Frédéric Raybaud, secrétaire local Ufap/Unsap, parle des tensions inhérentes à la situation : « Forcément, les détenus sont à cran. Certains surveillants se sont fait cracher dessus, rendez-vous compte. Ça n’était encore jamais arrivé. Ce n’est plus tenable. » Il y a quelques semaines, la Vendée a connu un épisode caniculaire : « Il faisait plus de 40° C dans les couloirs et, il y a du plexi dans les cellules, ça tape sur les détenus. Les conditions deviennent inacceptables. »

68 détenus à Fontenay contre 93 à La Roche

Autre grief du côté du personnel de la prison de La Roche, les chiffres donnés par Fontenay-le-Comte. « Nous avons accès au logiciel qui comptabilise les détenus. Il y a 68 détenus hébergés à Fontenay et pas 86 comme ils le disent. Ils ajoutent les 18 détenus qui sont avec un bracelet électronique et ne sont pas hébergés à la prison. »

Le personnel estime ne pas être soutenu par la direction interrégionale de Rennes qui n’hésite pas à leur dire que La Roche les sollicite trop pour faire des transferts… « Mais comment faire quand on a autant de détenus à gérer ? »

Des rats dans les cellules

Il reste des budgets alloués pour des travaux à La Roche, qui ne sont pas utilisés, faute de temps et de place pour effectuer ces travaux. « Il faudrait vider les cellules pour envisager ces travaux… Impossible depuis des années. » Près de neuf ans sans travaux. Résultat ?« Des rats qui courent dans les cellules et les couloirs. On est obligé de mettre des cages pour les attraper… Ça devient grave ! Les évacuations sont poreuses et rouillées. Et les rats viennent jusque dans les cuisines… »

Le personnel reste mobilisé devant la maison d’arrêt jusqu’à 12 h 30 ce vendredi 6 juillet 2018.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s