Prison de Beauvais : existe-t-il une solution pour les riverains ?

le

Ouvert en 2015, l’établissement empoisonne le quotidien des riverains. Et rien n’a été fait malgré leurs nombreuses plaintes.

« Redoine, sors-nous de là », est sans aucun doute la phrase qu’ils entendent le plus en ce moment. Et ils n’en peuvent plus. Depuis l’ouverture de la prison de Beauvais il y a plus de trois ans, ses riverains se plaignent des nuisances engendrées par l’établissement pénitentiaire. Et ils en ont assez de l’immobilisme.

Installés à moins de 300 m des premières cellules, ils sont une trentaine à avoir rencontré la mairie de Beauvais et la nouvelle directrice de la prison, lundi soir. Leurs griefs : le bruit, les insultes, les parloirs sauvages, la lumière…

« On facilitera toutes les initiatives »

« C’est un peu mieux depuis un mois », assure tout de même un voisin. « Je ne peux pas vous promettre que ça dure », souligne honnêtement Delphine Rousselet, directrice de la prison depuis le mois de mai.

Rapidement, la discussion revient sur les espoirs déçus du passé, notamment le mur antibruit qui n’a pas vu le jour. Des riverains demandent donc aujourd’hui une élévation de ceux de la prison, afin de retenir les cris de certains des 600 détenus. « Je préfère être honnête, on ne le fera pas, assure Valérie Decroix, nouvelle directrice de la pénitentiaire pour les Hauts-de-France. Mais on facilitera toutes les initiatives. Quant à ériger un mur pour isoler le quartier du bruit, ce n’est pas de notre ressort mais celui de la mairie. »

« Le ministère de la justice doit aussi prendre ses responsabilités, c’est sa prison », rétorque Franck Pia, premier adjoint (UDI) à la mairie de Beauvais. « En clair, rien ne bouge », lance un riverain.

-

600 détenus sont incarcérés à Beauvais. Une minorité rend difficile le quotidien des riverains. LP/ARNAUD DUMONTIER

Caroline Cayeux avait en effet promis, en novembre dernier, de faire planter des arbres. Pour au moins masquer la vue, et les lumières de la prison qui « sont allumées toute la nuit », selon un riverain. Depuis ? Rien. « Nous sommes en discussion avec les agriculteurs propriétaires des terres, assure Franck Pia. Mais on ne sait même pas si ce sera efficace. »

« Alors quel est l’intérêt de cette réunion, questionne un habitant ulcéré. Vous n’avez aucune solution à nous proposer ? On tourne en rond. » Les trois parties ont toutefois prévu de se revoir à la rentrée, notamment pour « faire visiter la prison aux habitants, montrer nos contraintes », explique Delphine Rousselet. Mais toujours pas pour proposer de solution concrète ?

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s