Sécurité Des produits explosifs découverts à la maison d’arrêt de Douai

Une vaste opération de fouille a été menée, mercredi, à la maison d’arrêt de Douai après la découverte, le 26 octobre, de produits explosifs.

Une évasion était-elle imminente à la maison d’arrêt de Douai ? C’est la question que l’on peut se poser depuis que des produits explosifs ont été découverts dans l’un des bâtiments de la maison d’arrêt de Douai, le 26 octobre.

« Ce sont des explosifs qui sont utilisés dans le cadre d’opérations militaires »

Le souvenir encore très précis de l’évasion à l’explosif de Redoine Faïd, le 13 avril 2013, de la maison d’arrêt de Sequedin, a vite fait craindre le pire à l’administration pénitentiaire. Une expertise des produits découverts à Douai a été rapidement réalisée et a confirmé leur dangerosité : «  Ce sont des explosifs qui sont utilisés dans le cadre d’opérations militaires  », indique le parquet de Lille, en charge de l’enquête. Une centaine de grammes d’explosifs qui «  aurait pu faire de gros dégâts  », ajoute une autre source, même si «  ces produits devaient être associés à d’autres composants pour être utilisables  », précise le parquet.

Une fouille et des questions

Comment et par qui les explosifs ont-ils été introduits dans l’établissement pénitentiaire ? À qui étaient-ils destinés ? Ces questions sont désormais entre les mains du parquet de la JIRS (juridiction interrégionale spécialisée) qui a confié l’enquête à la police judiciaire.

Pour l’instant, il ne s’agit toujours que d’une enquête préliminaire (aucun juge d’instruction n’a été saisi) qui pourrait tirer des enseignements de l’opération menée, ce mercredi, à la maison d’arrêt : après un travail sur la téléphonie, plusieurs équipes régionales d’intervention et de sécurité, mais également des chiens et la police scientifique, ont été mobilisés pendant près de cinq heures, mercredi soir, pour fouiller une quinzaine de cellules, à la recherche notamment d’un détonateur. Des téléphones ont été (évidemment) retrouvés et pourraient permettre de remonter la piste du destinataire.

Selon une source proche du dossier, le détenu auquel étaient destinés les explosifs serait lié au grand banditisme mais n’était peut-être pas encore à la maison d’arrêt quand les explosifs ont été découverts car l’établissement accueille aussi les détenus dont le jugement devant la cour d’assises du Nord, qui siège à Douai, est imminent.

Toujours selon le parquet de Lille, qui assure qu’il ignore l’identité du destinataire des explosifs, «  personne n’a été placé en garde à vue dans le cadre de cette enqu ête  ». Selon une source syndicale, un détenu pourrait toutefois avoir été transféré de la maison d’arrêt de Douai mercredi sans que l’on sache s’il est lié à la découverte des explosifs.

Source : La Voix du Nord

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s