Le pédophile emprisonné recrute un homme sur le net pour enlever sa fille

Le projet des deux hommes a été déjoué in extremis par les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon.

C’est une histoire qui glace le sang. Deux pédophiles seront déférés ce mercredi devant un juge d’instruction de Saintes (Charente-Maritime) pour tentative d’enlèvement d’une enfant de 9 ans. L’un d’eux n’est autre que le père de la petite victime qu’il voulait voir enlevée et violée par un inconnu recruté sur Internet.

L’affaire commence, il y a une quinzaine de jours lorsque les enquêteurs spécialisés dans la lutte contre la pédophilie sur le Darknet repèrent l’activité d’un détenu de la maison d’arrêt de Bedenac. « C’est un homme qui a été emprisonné après avoir été condamné à une peine de plusieurs années de prison pour des faits de nature sexuelle commis sur un ou des enfants », précise une source proche de l’affaire.

Le prisonnier fréquente un site Internet anonymisé à caractère pédopornographique. « C’est sordide, ce sont des images d’enfants violé qui y sont échangés mais les utilisateurs peuvent aussi entrer en contact », ajoute une autre source.

Assouvir des pulsions sexuelles déviantes

Les cyber-policiers recueillent des éléments qui montrent que le détenu pédophile recherche un homme violent pour enlever sa propre fille de 9 ans et lui faire subir des sévices sexuels. Un autre pédophile, défavorablement connu des services de police, répond favorablement à cette annonce. Le parquet de Saintes ouvre discrètement une information judiciaire et les limiers de la police judiciaire de Lyon surveillent les allées et venues de ce dangereux pédophile.

Le 10 novembre, cet homme quitte la région lyonnaise pour se rendre à Bordeaux (Gironde) en vue de mettre en œuvre son sinistre projet. « Il comptait enlever la petite fille à son domicile de Montendre. Mais les enquêteurs de la police judiciaire de Lyon ont arrêté le suspect le 11 novembre avant qu’il ne passe à l’action. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire en compagnie de son commanditaire. Pour l’heure aucune information n’a filtré sur le contenu de leurs auditions. Mais, selon nos informations, leurs actes étaient purement guidés par la volonté d’assouvir des pulsions sexuelles déviantes.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s