Plus de deux ans après les inondations, ce qui a changé au centre pénitentiaire d’Orléans-Saran

Après plus de six mois de travaux pour réparer ce qui a été endommagé par la brusque montée des eaux en mai 2016, le centre pénitentiaire reprend un fonctionnement normal depuis le début du mois. Visite des lieux.

Les deux maisons d’arrêt

Les dégâts

Les deux bâtiments, d’une capacité de 210 places chacun, avaient été totalement mis hors service par les inondations. L’eau avait totalement submergé les sous-sols dans lesquels se trouvaient toutes les installations techniques (tableaux électriques, chauffage, production d’eau chaude, ventilation). L’eau était même montée au rez-de-chaussée, à hauteur d’un vingtaine de centimètres, dans la maison d’arrêt numéro 1. Des dégâts qui avaient nécessité le transfèrement en urgence de près de 400 détenus dans d’autres établissements pénitentiaires de la région.

Les travaux

Un local technique hors-sol a été créé pour abriter les installations qui permettent d’alimenter les deux bâtiments. Les peintures ont été remises en état et les prises ont été surélevées dans les bâtiments. Des pompes de relevage, d’une capacité de 1.000 m3/heure, ont également été installées dans les sous-sols qui restent soumis à un risque d’inondation. Les deux maisons d’arrêt sont de nouveau en service depuis le 19 septembre. Elles sont actuellement occupées par 430 détenus.

Le centre de détention

Les dégâts

Le centre de détention, qui accueille les personnes condamnées, n’a pas été directement endommagé par les inondations. En revanche, il a été transformé en maison d’arrêt, pour les personnes en attente de jugement, pendant la mise hors service des deux autres principaux bâtiments. Concrètement cela veut dire que les cellules individuelles ont été modifiées – notamment par la pose de lits double – pour accueillir plus de détenus.

Les travaux

Avec la réouverture des deux maison d’arrêt, le centre de détention a retrouvé sa vocation première. Puisque l’encellulement individuel y est la règle, des travaux de remise en état (peinture, menuiserie,…) ont été réalisés et devraient totalement être achevés à la fin du mois. Rouvert depuis le 5 novembre, il accueille aujourd’hui une vingtaine de détenus pour 217 places. Une « montée en charge progressive » est prévue, à raison d’une douzaine d’arrivées par semaine, jusqu’à la fin du mois de février.

Les fossés

Les dégâts

Les fortes pluies de mai et juin 2016 avaient provoqué des glissements de terrain dans les fossés qui enserrent le mur d’enceinte de la prison. L’effondrement de ces talus allait jusqu’à menacer les fondations des grillages de sécurité. Ces fossés, d’une capacité de 6.500 m3, ont pour vocation de récupérer les eaux de pluie.

Les travaux

Côté grillage, l’administration pénitentiaire a opté pour le béton alors que des pierres ont été installées côté mur d’enceinte pour renforcer les talus et éviter tout éboulement. En revanche, la capacité de ces fossés n’a pas été augmentée. Du moins pour l’heure. Une étude hydrogéologique, dont les conclusions seront connues en fin d’année, devrait permettre à l’administration pénitentiaire d’y voir plus clair sur les risques d’inondations dans ce secteur particulièrement argileux. De nouveaux travaux d’élargissement des fossés pourraient être décidés.

5,4 millions d’euros. L’enveloppe totale des travaux représente un budget de 5,4 millions d’euros. À son ouverture, en 2014, le centre pénitentiaire de Saran avait coûté 95 millions d’euros.

Source : La République du Centre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s