Prison : présentation de la nouvelle maison d’arrêt de Caen

L’établissement pourra accueillir jusqu’à 550 détenus à partir de la fin de l’année 2022. L’administration pénitentiaire a voulu des bâtiments « apaisants ».

C’est une des dernières terres à blé et à betterave qui n’avait pas encore été engloutie par l’urbanisation dans ce secteur. Les herbes folles ont envahi la parcelle depuis que l’agriculteur a cessé de l’exploiter. L’administration pénitentiaire a jeté son dévolu sur ce terrain jouxte l’entrepos frigorifique de Système U et la zone Object’Ifs sud. Le périphérique de Caen est à deux pas. Les premières habitations sont assez éloignées. « Il y aura peu de nuisance pour les habitants » se rassure Michel Patard-Legendre, le maire d’Ifs.

Le terrain choisi pour accueillir la nouvelle maison d'arrêt est situé sur la commune d'Ifs près du périphérique sud de Caen / © APIJ / France 3 Normandie
Le terrain choisi pour accueillir la nouvelle maison d’arrêt est situé sur la commune d’Ifs près du périphérique sud de Caen / © APIJ / France 3 Normandie

 

Pas de mirador, des espaces verts : cette maison d’arrêt promet d’être « apaisante »…

Si le calendrier est respecté, les travaux débuteront dès le second semestre 2020. L’administration pénitentiaire table sur une ouverture de ce nouvel établissement à la fin de l’année 2022. Le ministère de la justice va investir ici 90 M€ pour faire sortir de terre une prison de nouvelle génération. « L’actuelle maison d’arrêt de Caen a ouvert ses portes en 1904. C »est un modèle hérité du XIXe siècle, avec de très grands bâtiments, explique Sylvier Sauvage, la responsable du programme à l’Agence Immobilière de la Justice. Nous avons aujourd’hui un plan éclaté avec, à l’intérieur de l’enceinte, les quartiers d’hebergement, les parloirs, le greffe. Il y a plusieurs bâtiments et des espaces verts, des espaces d’aération ».

« La réinsertion est au coeur de ce projet », ajoute l’administration pénitentiaire. L’établissement comprendra un espace d’enseignement, une plateforme technologique et socioculturelle, des ateliers de production et de formation, et un pôle de préparation à la sortie. Les bâtiments ont été pensés en conséquence : les architectes ont voulu privilégier « l’humanité des lieux » avec « des cours de promenades offrant des vues sur l’extérieur » et des cellules où l’ambiance sera « apaisante ». Pour autant que cela soit possible dans une prison.

intervenants : Sylvie Sauvage, responsable de projet à l’administration pénitentiaire, et Michel Patard-Legendre, maire d’Ifs.
Reportage de PM Puaud et Cyril Duponchel.

Source : France Info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s