Blocages dans les prisons : halte à la surenchère syndicale

Une entente syndicale autour de FO-Pénitentiaire et de la CGT a appelé lundi au blocage de plusieurs établissements pénitentiaires en cette fin de semaine. Ils demandent une évolution statutaire, refusée par la ministre de la Justice. L’UFAP UNSa, deuxième syndicat chez les surveillants, au coude à coude avec FO, plaide pour un « syndicalisme de progrès », plus réformiste.

La tribune de Jean-François Forget, secrétaire général de l’UFAP UNSa : « Une intersyndicale menée par FO-Pénitentiaire agite la menace d’un blocage des prisons pour défendre une revendication statutaire : que le métier de surveillant pénitentiaire, actuellement en catégorie C, soit revalorisé et passe en catégorie B, comme la police. Le problème, c’est que FO veut la parité avec la police tout en gardant les acquis de la pénitentiaire ; en somme, le beurre et l’argent du beurre. Le pire, c’est que les syndicats composant cette entente ne portent pas les mêmes revendications sur la catégorie B et sur la précarité à venir en contrepartie d’un tiers de la profession qui serait recrutée sans statut.

 

Il faut cesser de brandir la catégorie B comme un totem!

On est dans une période assez disposée au populisme. La position de l’UFAP UNSa est plus difficile à tenir : notre syndicalisme de progrès nous a peut-être coûté quelques voix aux dernières élections professionnelles… Mais nous refusons de vendre du rêve à nos collègues. Nous avons des avantages statutaires que les policiers n’ont pas. Entre un surveillant, en catégorie C surindiciée, et un gardien de la paix en catégorie B, la différence est de même pas 20 euros brut par mois. Alors il faut cesser de brandir la catégorie B comme un totem!

Par ailleurs, ce changement statutaire risque de nous priver d’un important vivier de recrutement, puisqu’il impliquerait que les surveillants nouvellement embauchés soient titulaires du baccalauréat. Or aujourd’hui, 36% des personnels ne le sont pas. Déjà que l’on a des difficultés à recruter, que notre métier n’est pas attractif, que l’on n’a jamais eu une image dynamique et positive, compte tenu des conditions de travail très tendues, là, on se tirerait une balle dans le pied.

D’ailleurs, le niveau scolaire n’est pas obligatoirement la priorité pour faire un bon surveillant : aujourd’hui je connais des gens qui n’ont pas le Bac et qui sont d’excellents personnels.

 

Nous demandons l’ouverture de négociations sur le pouvoir d’achat, la sécurité, le temps et les organisations de travail

Contrairement au mouvement de l’année dernière, il n’y a pas une ligne sur la sécurité dans les revendications de l’intersyndicale, il n’est question que de pognon. C’est important, bien sûr, mais il ne faut pas faire croire que la revalorisation statutaire va tout régler : être en catégorie B n’empêchera pas de recevoir des coups, de couteau ou de poing. Concernant l’UFAP UNSa, nous demandons l’ouverture de négociations sur le pouvoir d’achat, la sécurité, le temps et les organisations de travail pour l’ensemble des personnels de notre administration. La ministre Nicole Belloubet s’est dite ouverte aux discussions sur les trois sujets, sachant que certains relèvent d’un mandat gouvernemental à obtenir. Là-dessus, on ne lâchera rien.

Quant à l’appel de FO visant au blocage des prisons, nous consultons nos troupes depuis 15 jours afin que notre comité directeur réuni lundi et mardi puisse prendre une délibération conforme à cette consultation. Si la tendance actuelle n’est pas favorable, notre position ne sera arrêtée qu’à l’issue de notre comité directeur, car la démocratie a toujours fait foi chez nous.

Toutefois, il n’aura échappé à personne que ceux qui ont appelé au rassemblement et à l’unité sont déjà en discorde et n’ont pas pris le soin de respecter notre processus de consultation et de délibération. C’est à se demander si l’objectif recherché n’est pas plus stratégique que revendicatif?!… Après certains s’étonnent que les travailleurs de ce pays se détournent des organisations syndicales. Nous ne rentrerons jamais dans ce schéma contreproductif. »

* Les exergues sont de la rédaction

Source : Le Journal du Dimanche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s