Blocages des prisons en signe de protestation après l’attaque au couteau

Deux agents ont été blessés hier mardi lors d’un attentat terroriste en France. Aujourd’hui, le personnel pénitentiaire a bloqué des institutions dans tout le pays pour protester contre le manque de sécurité.

L’attaque des deux gardiens s’est produite dans une prison de haute sécurité d’Alençon-Condé, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Paris. L’agresseur a crié Allah Akbar et a promis de venger un autre terroriste tué par la police à Strasbourg juste avant Noël.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, considère l’assaut comme un assassinat.

La séquence exacte des événements n’est pas encore claire, mais l’homme aurait utiliser un couteau en céramique et avoir été soutenu par sa femme lors de l’attaque.

La femme a été tuée

Les deux surveillants ont été gravement poignardés mais étaient hors de danger. Cependant, l’épouse de l’auteur a été tuée lorsque la police a attaqué.

Le détenu de 27 ans a été radicalisé derrière les murs. Il y a quatre ans, il a été condamné à 30 ans d’emprisonnement pour un crime grave, mais a depuis été condamné à un an de prison pour avoir loué le terrorisme, un crime en France.

Malgré cela, il était assis dans une salle commune et quand l’attaque s’est produite, il a passé une journée dans une salle familiale avec sa femme. Selon la direction de la prison, c’était parce qu’il n’avait pas été agressif jusque-là. Mais les personnels des prisons ont réagi.

David Calogine

– C’est étrange qu’il n’était pas dans un service spécial pour radicalisés, et encore plus remarquable qu’il ait été autorisé à utiliser une salle familiale, dit David Calogine.

Il est le secrétaire général adjoint de l’UFAP-UNSA, qui, avec d’autres syndicats, a appelé les gardiens de prison à participer aux manifestations aujourd’hui. Ils ont bloqué les entrées de prison, empêché l’entrée et la sortie et mené des opérations de masquage dans tout le pays.

Requiert des prisons spéciales

À l’UFAP-UNSA, on veut des prisons sur mesure et isolées pour les personnes condamnées pour des infractions terroristes ou pour avoir été impliquées dans des organisations terroristes. Ce dernier s’applique aux hommes et aux femmes membres de l’État islamique en Syrie. Aujourd’hui, ils sont souvent placés en premier dans un service spécial, où ils doivent subir une évaluation. Ensuite, ils sont transmis, parfois à un service spécial pour radicalisés.

– Mais ils entrent souvent en contact avec d’autres prisonniers et peuvent donc diffuser leurs idées. C’est évidemment alarmant, car nous sommes une cible du terrorisme, a déclaré David Calogine.

Trop doux

Il y a un peu plus d’un an, une autre attaque terroriste s’est produite dans une prison française. Ensuite, le gouvernement a promis que le personnel bénéficierait d’une meilleure protection.

David Calogine dit que les promesses sont faites, mais affirme que certains équipements de protection tels que des gilets de sécurité ne sont pas utilisés.

Les circonstances de l’attaque doivent maintenant faire l’objet d’une enquête. Une question est bien sûr de savoir comment le stagiaire pourrait avoir une arme.

« Un couteau en céramique n’a pas d’impact sur le détecteur de métal et nous ne sommes pas autorisés à fouiller des visiteurs sans leur accord », déclare David Calogine.

Source : Sekotidningen

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s