Béziers : un détenu menace de « cramer » les gardiens de la prison

le

Une casserole sur une plaque électrique a été retrouvée dans sa cellule.

Les gardiens de la prison de Béziers ont eu une belle frayeur. Selon leurs syndicats, une attaque, qu’ils qualifient de « terroriste », a été « évitée de peu ».

Dans un communiqué, l’Ufap détaille des faits qui n’ont toutefois pas été confirmés par le parquet vendredi. « Après un renseignement disant qu’un détenu s’était engagé à fournir un couteau en céramique à un autre détenu radicalisé afin de “planter un surveillant” une fouille intégrale a été programmée avant et après le parloir famille de ce dernier », précise le texte.

« Je vais les cramer, je suis musulman, je veux voir leur peau fondre. »

Indisposé par ce traitement sécuritaire, le détenu aurait crié par la fenêtre à ses codétenus : « Je vais les cramer, je suis musulman, je veux voir leur peau fondre. »

Des propos qui ont inquiété les gardiens, qui ont également ressenti une « forte odeur d’huile chauffée » émanant de sa cellule.

La décision de couper l’électricité a alors été prise pour faire retomber la température du liquide avant de permettre l’intervention du personnel en tenue pour une mise au quartier disciplinaire.

Des revendications sur les équipements

Des faits qui font s’interroger le syndicat Ufap. « Connaissant le danger que représente ce détenu, pourquoi avait-il une plaque chauffante en cellule ? L’Ufap exige que toutes les précautions soient prises immédiatement pour que les détenus ayant le même profil ne possèdent plus de moyen pour chauffer de l’huile dans leur cellule. »

Dans la suite de leur communiqué, les représentants syndicaux demandent une modification de leur équipement. « Concernant les gilets pare-lame distribués au QID de Béziers, qui ne sont pas ceux réclamés dans le protocole d’accord, nous avons fait remonter l’erreur commise pour qu’elle soit rectifiée au plus vite. Et cette attaque avortée doit impérativement faire accélérer les choses. L’Ufap exige aussi l’application du protocole signé en janvier 2018, pour que les passe-menottes soient installés au plus vite. D’autres établissements l’ont déjà mis en place, il faut que la direction locale ne s’endorme pas sur ses lauriers et qu’elle actionne toutes ses relations pour que Béziers devienne une priorité. »

Source : Midi Libre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s