Nouveau centre pénitentiaire au Havre : la prison pourrait s’implanter à Mont-Gaillard

le

Annoncé en novembre dernier par la ministre de la Justice, le projet d’une nouvelle structure pénitentiaire au Havre semble se préciser. Un emplacement à Mont-Gaillard est étudié.

Le sujet est sur la table depuis la visite en novembre dernier de la ministre de la Justice, à la prison du Havre (Seine-Maritime). À cette occasion, Nicole Belloubet avait évoqué l’implantation d’une nouvelle structure d’accueil des détenus qui pourrait voir le jour au Havre ou dans son agglomération. Le projet semble se préciser.

Un terrain à Mont-Gaillard « regardé » par l’État

C’est l’une des délibérations à l’ordre du jour du conseil communautaire du mercredi 27 mars 2019 qui a ramené le sujet au centre des débats. Au moment de voter une subvention pour accompagner les écuries Anquetin, actuellement situées dans le quartier de Mont-Gaillard, dans leur déménagement vers Octeville-sur-Mer, plusieurs élus ont interrogé la majorité sur ce qui justifiait une telle aide.

Derrière, c’est les motivations de ce départ dont il a également été question. Depuis le mois de juin dernier, la ville du Havre a en effet entamé des négociations pour organiser la relocalisation des écuries en possession du bail afin de récupérer l’usage de ses terrains, situés rue Maurice-Tronelle, qui pourraient donc servir à l’implantation de la nouvelle structure pénitentiaire.

C’est un terrain que l’État regarde pour l’implantation de cette structure, a confirmé Jean-Baptiste Gastinne, qui assure l’intérim à la tête de la ville comme de la communauté urbaine. Mais il n’a pas encore annoncé publiquement le choix du lieu d’accueil de cette structure, et c’est à lui que revient la décision finale de le faire ici ou non.

Nécessité d’une proximité avec les services du Havre

Rien n’est donc confirmé, si ce n’est que les écuries devraient avoir quitté les lieux d’ici la fin de l’année. Une échéance qui pourrait correspondre aux annonces de la ministre qui espérait voir la structure – qui compterait une centaine de places – livrée d’ici 2022.La localisation correspondrait également aux conditions posées par Nicole Belloubet pour ce lieu dédié à l’accompagnement vers la sortie des détenues en fin de peine ou courtes peines. Lors de cette annonce, elle avait, en effet précisé, la nécessité d’avoir accès au réseau de transport et à tous les services publics permettant un accompagnement optimum dans le retour à l’emploi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s