Opération anti-stups à la maison d’arrêt de Bar-le-Duc

le

Une opération anti-stupéfiants a été menée ce mardi matin à la maison d’arrêt de Bar-le-Duc en présence d’une équipe ÉRIS de Strasbourg. De la drogue a été saisie, un détenu a été placé en garde à vue avant d’être condamné à deux mois de prison supplémentaires.

Si le parquet de Bar-le-Duc ordonne plusieurs fois par an des perquisitions au centre de détention de Saint-Mihiel, ces dernières sont plutôt rares à la maison d’arrêt de Bar-le-Duc. L’établissement pénitentiaire a pourtant reçu la visite d’un important dispositif de sécurité, ce mardi à 6 h, en présence d’une équipe régionale d’intervention et de sécurité (ÉRIS) de Strasbourg, de deux équipes cynophiles de Nancy et Metz, de trois surveillants pénitentiaires et de trois officiers de police judiciaire de Bar-le-Duc.

Une enquête interne

Cette opération anti-stupéfiants s’inscrivait dans un contexte de recrudescence de parachutages constatés ces derniers temps à la maison d’arrêt.

Une enquête interne a permis d’identifier deux personnes suspectées d’alimenter et de faire circuler la drogue au sein de l’établissement. L’une d’elles, une femme qui rendait visite à son compagnon détenu, a été interpellée début mai, condamnée et écrouée au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville.

Deux mois de prison ferme en plus pour un détenu

Le second suspect, un homme de 27 ans incarcéré depuis mars 2016, d’abord à Besançon avant un transfert à Bar-le-Duc en septembre 2018, a été interpellé ce mardi à la maison d’arrêt, puis placé en garde à vue. Il a été découvert en possession de résine de cannabis et d’un téléphone portable. Il a ensuite été déféré au parquet avant de faire l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) qui lui a valu deux mois de prison supplémentaire à effectuer.

À l’occasion de ces fouilles judiciaires et administratives, une centaine de grammes de résine de cannabis ont été découverts, sur les détenus ou dans leurs cellules. Quatre d’entre eux devraient être auditionnés par la police dans les prochains jours. Ils pourraient, eux aussi, faire l’objet d’une CRPC.

N.G.

Source : L’Est Républicain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s