Béthune Un détenu suspecté d’avoir tué un homme après son évasion de la maison d’arrêt de Béthune

le

Le 27 mai, un détenu de la maison d’arrêt de Béthune avait profité d’un rendez-vous médical au CH de Beuvry pour s’évader. Samedi, les policiers l’ont retrouvé dans un immeuble béthunois, là où le corps sans vie d’un jeune homme a également été découvert. Interpellé, il a été mis en examen pour homicide volontaire.

Les zones d’ombre sont encore nombreuses mais la seule certitude c’est qu’un Béthunois âgé d’une vingtaine d’années a perdu la vie samedi. Ce matin-là, les pompiers sont appelés dans un logement dans le secteur de la rue de Lille pour secourir un homme. Mais, comme les médecins du SMUR, ils ne peuvent que constater son décès.

Les circonstances étant suspectes, les policiers interviennent rapidement et interpellent un Béthunois – alcoolisé et qui se trouvait dans un autre logement de l’immeuble. Il est suspecté d’être impliqué dans ce décès. Un homme de 25 ans qu’ils connaissent et qu’ils recherchaient depuis le 27 mai, jour où, vers 11 heures, lui qui est incarcéré à la maison d’arrêt de Béthune, a profité d’un rendez-vous médical au centre hospitalier de Beuvry pour s’évader.

Mis en examen pour homicide volontaire

Placé en garde à vue, le Béthunois a été déféré au parquet dès lundi matin. Il a été « mis en examen du chef d’homicide volontaire » confirme le parquet qui ne donne pas d’éléments sur les circonstances, celles-ci « restant à établir dans le cadre de l’information judiciaire » confiée à une juge d’instruction. L’autopsie de la victime, qui doit être réalisée ce mardi soir ou mercredi à l’IML de Lille, devrait permettre d’établir les causes du décès. Seule certitude, contrairement à certaines rumeurs, il n’a pas été tué d’un coup de couteau mais, plus vraisemblablement, suite à des violences.

Incarcéré pour délits de droit commun (stupéfiants, dégradations et violences), le Béthunois était a priori un détenu qui ne posait pas plus de problème que ça. Il avait peut-être même croisé la victime, un jeune homme sans famille, dont la compagne s’est suicidée il y a trois ans. Un homme qui a, lui aussi, fait quelques petits passages en prison. En octobre encore, après avoir été condamné à six mois pour conduite sans permis et sans assurance, après avoir été contrôlé au volant de sa 306 qui lui servait de toit. Il allait juste mettre de l’essence pour faire fonctionner le chauffage…

Une information selon laquelle le Béthunois n’aurait pas accepté que son ex-compagne ait un nouveau petit ami serait l’une des pistes étudiée par les enquêteurs pour expliquer ce meurtre.

Source : La Voix du Nord

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s