À la prison de Sequedin, les projections de colis par-dessus le mur d’enceinte inquiètent les syndicats

Dimanche 25 août, une centaine de colis ont été projetés par-dessus les murs de la prison de Sequedin jusqu’au chemin de promenade. Résultat : quatorze détenus alcoolisés ont refusé de regagner leur cellule.

Depuis la création d’un fossé anti-projection il y a trois ans, les syndicats de surveillants dénoncent son inefficacité. Cette sorte de douve a été creusée dans la terre, autour de la maison d’arrêt, entre le mur d’enceinte et la bretelle de l’A25. L’objectif du dispositif était de tenir à distance les lanceurs de colis afin qu’ils soient trop loin de leur cible, la cour de promenade des hommes. L’opération avait coûté 300 000 € à la direction pénitentiaire. Dissuasif ?

Ceux qui envoient les colis par-dessus l’enceinte de la prison se garent dans la bretelle de l’autoroute, traversent le premier rideau de grilles grâce à des brèches, puis sautent au-dessus du fossé ou le contournent et, enfin, passent une haie végétale. « En 2016, il n’y a pas eu d’étude de sols et de maîtrise d’ouvrage pour construire ce fossé, indique Benoît Normand, représentant de l’UFAP-UNSA. Ils ont creusé mais dès qu’il a plu, les bords se sont affaissés. Des bâches ont été posées, mais au fil du temps, l’ensemble s’est dégradé. »

Dimanche dernier, une centaine de colis ont été projetés par-dessus les murs d’enceinte selon le syndicat. Une soixantaine ont atterri dans la cour de promenade. Les détenus du bâtiment B qui s’y trouvaient ont réceptionné des paquets contenant, entre autres, de l’alcool. Résultat : quatorze individus fortement alcoolisés ont refusé de réintégrer leur cellule.

L’UFAP UNSA justice demande une réaction de la part des directions locales et interrégionales  : « Elles doivent prendre de vraies mesures permettant de stopper ce fléau que représentent les projections ». Le syndicat « exige une fouille générale de l’établissement afin de nettoyer les cellules de tous les objets illicites et dangereux ; avant qu’un drame ne survienne ». D’autant que dès le lendemain, le lundi 26 août, une cinquantaine de colis ont une nouvelle fois été lancés dans la cour de promenade. Alcool, drogue, portable, chargeur de portable, il y a de tout dans ces paquets et, parfois, de quoi fabriquer une arme.

Source : La Voix du Nord

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s