Ecrouves : 3 surveillants agressés au centre de détention, colère des syndicats qui bloqueront la prison vendredi matin

Un détenu particulièrement agité a agressé avec un pic artisanal trois surveillants de prison, jeudi 19 septembre, au centre de détention d’Ecrouves près de Toul. Les 3 hommes ne sont que légèrement blessés mais choqués. Les syndicats UFAP et FO bloqueront la prison vendredi matin à partir de 6h30.

Les syndicats UFAP-UNSA-Justice (majoritaire sur le site) et SNP-Force Ouvrière ont annoncé le blocage du centre de détention d’Ecrouves vendredi 20 septembre 2019 à partir de 6h30.

Ils veulent ainsi dénoncer l’agression de trois de leurs  collègues ce jeudi matin et le placement en garde à vue de l’agresseur qui n’interviendra que mardi matin. Ce dernier point s’explique par « le manque d’effectif chez les policiers de Toul pour réaliser cette opération. »

C’est inadmissible, le parquet avait tout loisir d’ordonner la placement en garde à vue par le commissariat de Nancy.
– Arnaud Gateau, secrétaire régional Grand Est UFAP

« Dans cette affaire, nous sommes passés à côté du drame. Le pic artisanal avec lequel ce détenu s’est jeté sur nos trois collègues n’était pas suffisamment aiguisé pour percer profondément. Il a pourtant touché l’un des surveillants près de l’œil gauche, un autre plusieurs fois au cou et le troisième à pris de violents coups dans les côtes. Ils ont eu beaucoup de mal à le maîtriser. »

Un détenu isolé

L’auteur des faits, placé depuis plusieurs semaines en quartier contrôlé, dans une cellule où il séjournait seul, refusait de sortir en promenade. « Il s’était de facto isolé depuis un certain temps. »

Selon le témoignage du responsable syndical, ce jeudi matin, « il est devenu très agité, donnant des coups dans la porte de sa cellule et apostrophant et insultant les autres détenus. » Les trois surveillants sont entrés vers 9h30 dans sa cellule pour tenter de le ramener à la raison et c’est alors qu’il les a agressé.

Les trois gardiens de prison étaient encore au centre hospitalier ce jeudi en début d’après-midi, l’un d’entre-eux se plaignant de douleurs à la tête et devant passer un scanner.

Ils sont tous les trois très choqués, tout comme chacun d’entre-nous.
– Arnaud Gateau, secrétaire régional Grand Est UFAP

Mais l’épisode de la garde à vue retardé est venu mettre de l’huile sur les cendres de la colère des surveillants de prison. Celles-ci couvent depuis de long mois, en raison des difficultés que les gardiens de prison rencontrent dans leur quotidien.

A l’issue des faits, l’auteur de l’agression, âgé d’une trentaine d’années, a été placé en cellule d’isolement.

Les trois victimes vont déposer plainte.

Source : France info

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s