Prison de Perpignan : le quartier arrivant devient « l’un des lieux les plus difficiles à gérer »

Ce mercredi 27 novembre, le syndicat UFAP UNSA justice pointe du doigt plusieurs agressions survenues ces derniers jours à la prison de Perpignan. 

Mardi 26 novembre au centre pénitentiaire de Perpignan, un détenu du quartier arrivant a menacé, injurié puis bousculé un surveillant. Réintégré à sa cellule, il se serait retrouvé en position de combat avec une fourchette à la main alors qu’un officier venait le voir.

Plus tôt ce même jour, au centre de détention, un autre détenu a forcé le passage, bousculé et fait tomber un membre du personnel après la saisie d’une barre métallique vraisemblablement récupérée d’une table cassée. L’alarme a permis au renfort d’intervenir pour maîtriser le mis en cause.

Dimanche soir, au quartier mineur, pour avoir interdit à un prisonnier d’échanger des produits entre détenus,  un surveillant a été bousculé violemment au niveau du thorax.

Les trois détenus précités, tous maîtrisés, ont été placés au quartier disciplinaire.

« La création du quartier arrivant de Perpignan a été détournée de son utilisation initiale, mentionne le syndicat UFAP UNSA Justice. Ce secteur est censé accueillir 17 arrivants pour éviter le choc carcéral et favoriser le profilage des détenus. Mais il sert finalement d’ajustement à la détention avec 28 détenus présents, donc 11 détenus qui n’ont plus rien à y faire, certains d’entre eux relevant plus d’une unité de soins en santé mentale ou du quartier d’isolement. Ce lieu devient l’un des plus difficiles à gérer. »

Les personnels agressés porteront plainte. L’UFAP UNSA Justice souhaite le transfert des détenus mis en cause à l’issue de leur sanction disciplinaire, et rappelle que « la maison d’arrêt accueille 258 détenus pour 105 places, la maison d’arrêt des femmes, 62 détenues pour 28 places, et le quartier mineur compte 13 détenus pour 12 places. Dans l’attente des travaux de la nouvelle prison, la surpopulation carcérale et les agressions couplées à des bagarres entre détenus, que ce soit en cellule ou en promenade, alourdissent un climat d’ores et déjà tendu. »

Source : L’Indépendant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s