Saintes : la cellule était une véritable caverne d’Ali Baba

Un couteau suisse, un modem et même une petite piscine pour enfant ont été retrouvés dans une cellule de la maison d’arrêt de Saintes lors d’une fouille. Des objets envoyés par dessus le mur dans la cour de promenade. Ça ne devrait plus durer, des filets sont en cours d’installation.

Une des cellules de la maison d’arrêt de Saintes était en fait une véritable caverne d’Ali Baba !  Un couteau suisse, un modem 4G, une console, un narguilé, et même une petite piscine gonflable ont été retrouvés dans une cellule lors d’une fouille le 1er décembre dernier comme le révèle le quotidien Sud-Ouest.

Ces objets ont tous été projetés au dessus des murs, par l’entourage des détenus et les surveillants de prison n’ont pas eu le temps d’intercepter : « ça tombe directement dans la cour de promenade. Le temps qu’on intervienne, les détenus ont déjà tout récupéré et passé en cellule » explique Bruno Renoulaud, le secrétaire du syndicats de surveillants UFAP à Saintes, interrogé par France Bleu La Rochelle.

« En ce moment, on a des projections pratiquement tous les jours » ajoute-t-il. « Il y a des personnes qui ont beaucoup de fréquentations, et qui ont besoin d’être « ravitaillées » tous les jours » précise-t-il. Dans le ravitaillement, des produits stupéfiants, de l’alcool et des produits divers qui peuvent être utilisés par les détenus ou échangés.

Les détenus « cantinaient » beaucoup

Les objets retrouvés étaient invisibles des surveillants, la cellule en question étaient très encombrée, les deux détenus qui l’occupaient « cantinaient » beaucoup (en prison, on peut acheter certains produits à la « cantine ») révèle le syndicaliste.

_« La fameuse petite piscine était vraiment très très bien pliée_, et le reste était caché. Les détenus ont tout le loisir de penser à la manière dont ils vont dissimuler les objets qu’ils reçoivent« , ajoute Bruno Renouault. Vu le nombre d’objets retrouvés dans cette cellule, on peut penser qu’ils servaient de monnaie d’échange : « tout à une valeur en prison » répond seulement Didier Docoche, le directeur de la maison d’arrêt de Saintes.

Des filets anti-projection en cours d’installation

Seule une fouille poussée de la cellule peut permettre de découvrir les objets que les détenus veulent cacher. Ces fouilles se font de manière aléatoire, deux cellules sont passées au peigne fin tous les jours (sur les 24 cellules de la maison d’arrêt), une dans chacun des quartiers de la prison.

Les surveillants espèrent que les filets anti-projection qui sont en cours d’installation permettront de stopper l’arrivée des paquets. Trois ont déjà été mis en place au dessus des 5 cours de promenade. Les travaux ont pris un mois de retard, ils ne seront pas terminés avant fin janvier 2020.

Didier Docoche, le directeur espère aussi que les filets seront doublés par des caméras de vidéo surveillance, la ville de Saintes ayant annoncé sa volonté « de principe » d’en installer, sans que le projet soit finalisé pour l’instant.

Source : France Bleu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s